Goufablog

Geek, nouvelles technologies, société et jeux vidéos!
13
avril
2012
Quelques études loufoques
Vrac - par Goufalite - 2887 hits

C'est fou tout l'argent qui part dans études scientifiques ou sociales pour résoudre les grands mystères de la vie comme le boson de Higgs, le dépassement de la vitesse de la lumière, le futur président français en 2012, le comptage de la population mondiale,... Pas de quoi faire frémir la mamie du Cantal. Mais il n'est pas nécessaire d'avoir un Bac+12 pour se poser des questions sur les petits soucis ou interrogations de la vie courante, c'est ce qu'ont fait quelques étudiants rebelles et chercheurs un peu trop curieux.

Toutes ces histoires peuvent se trouver sur Internet, j'ai voulu grâce à ce billet les regrouper pour vous montrer qu'on peut se casser la tête même sur des éléments de tous les jours.

Un accueil glacial en Enfer

Un professeur de physique trouvait que ses contrôles étaient trop classiques, il a donc décidé de rajouter une question subsidiaire :

L'Enfer est-il endothermique (absorbe la chaleur) ou exothermique (dégage de la chaleur) ?

La plupart ont répondu en utilisant la loi de Boyle sur la compression des gaz. Mais un étudiant a réussi à sortir du lot :

"Il me faut avant tout connaître l'évolution de la population au sein de l'Enfer pour faire mes calculs. Sur Terre chaque religion considère que si l'on n'y adhère pas, on va en Enfer. Comme il y a plus de 2 religions sur notre planète on peut adhérer à l'une mais pas à l'autre. Du coup chaque être humain va inévitablement en Enfer. Par conséquent on peut faire des statistiques d'entrée en utilisant le taux de mortalité dans le monde.

"Maintenant il faut savoir à quelle vitesse l'Enfer grossit en fonction des âmes qui rentrent, grâce à la loi de Boyle sur la compression des gaz. En effet : si l'Enfer grossit moins vite que les âmes y rentrent alors la pression sera forte et la température va augmenter pour éventuellement exploser et donc produire de la chaleur, par contre si l'Enfer grossit plus vite alors la pression va diminuer et par conséquent il pourrait geler en Enfer!

"Un jour une amie m'a dit "Le jour où tu couchera avec moi il gèlera en Enfer!". Comme j'ai réussi à arriver à mes fins, la deuxième assertion est vérifiée : L'Enfer est endothermique"

Bien sûr l'étudiant a eu la meilleure note de toute la classe...

La mort flashée à Mach 8

Spontex.org nous livre une étude assez intéressante : si l'on prend le nombre de morts en moyenne dans un intervalle de temps défini, il est possible de calculer à quelle vitesse se déplace la mort. Détails du calcul :

  • En 2011, 144 000 décès/jour -> 52 596 000 morts/an
  • 149 400 000 km² de terre non submergée
  • 149 400 000 km²/52 596 000 = 2.84 km²/mort
  • 2,84 km²/mort -> racine (2,84 km²) entre chaque mort = 1,69 km.
  • 1,69 (km) * (nombre de morts par an) / (nombre d'heures par an) = 1,69 * 52596000 / 8766 = 10 112 km/h = 2 809 m/s

Un Paradis trop chaleureux

Après avoir vu la thermodynamique de l'Enfer, pourquoi pas se pencher sur la température du Paradis? Pour cela pas besoin d'avoir un doctorat en Physique, il faut juste savoir lire la bible!

Et la lumière de la lune sera comme la lumière du soleil, et la lumière du soleil sera le septuple de la lumière de 7 jours.
Isaïe 30:26

On en conclue donc que la chaleur reçue par rayonnement est 50 fois plus grande que celle de la Terre. Cette fois-ci on utilise l'équation de rayonnement de Stefan-Boltzmann, ce qui nous donne une température de 525 degrés Celsius.

Pour l'Enfer,

Mais le craintif et l'incroyant (...) auront leur place dans le lac de feu et de soufre qui les brûlera.
Révélations 21:8

Pour ne pas que le souffre s'évapore, il ne faut pas que sa température dépasse 444,6 degrés Celsius. Il fait donc plus chaud au Paradis qu'en Enfer!

Pour les explications plus techniques sur cette histoire, google vous proposera plein d'articles et leurs commentaires.

Les lois de Murphy

Alors ingénieur en aéronautique, Murphy assiste à des tests de performance avec un stagiaire. Ce dernier n'arrête pas de déclencher des problèmes au fur et à mesure de l'avancée des procédures. Ainsi naît la première loi de Murphy : "si quelqu'un doit faire une bêtise, ce sera forcément lui".

Les lois de Murphy gouvernent notre monde d'un point de vue "emmerdement maximal" car il s'agit toujours de situations qui ne sont pas à notre avantage.

  • la file d'à côté avance toujours plus vite que la nôtre.
  • quand on s'attend à quelque chose, ça n'arrive pas.
  • un bon logiciel est toujours corrompu par une mise à jour bogguée.
  • c'est après les tests que le programme ne marche pas.
  • quand on veut faire une présentation, ça plante.
  • le bon parti est toujours pris.
  • si le bon parti n'est pas pris, c'est qu'il y a une raison.
  • quand c'est trop beau pour être vrai, ce n'est pas vrai.
  • tout ce qui est bon à manger est mauvais pour la santé.
  • quand c'est sain, c'est trop cher.
  • quand c'est abordable, c'est plus la saison.

Attention, la loi de la tartine beurrée qui tombe toujours du mauvais côté n'est pas une loi de Murphy. En effet plusieurs centres ont tenté de reproduire et expliquer le phénomène et ils arrivent tous à la même conclusion : la hauteur standard d'une table fait en sorte que la tartine n'a pas le temps de faire un tour complet.

Une expérience assez amusante!
Une expérience assez amusante!

Maintenant imaginez une autre expérience plus farfelue : attachez une tartine beurrée au dos d'un chat. En effet le chat tombe toujours sur ses pattes, mais la tartine toujours du côté du beurre. Que va-t-il se passer?

L'étudiant, le baromètre et le gratte-ciel

Deux professeurs discutent dans un couloir à propos d'un élève qui n'aurait pas correctement répondu à une question de physique :

Calculer la hauteur d'un immeuble uniquement avec un baromètre.

La réponse est simple : il faut prendre la mesure de pression en haut et en bas de l'immeuble, faire la différence et établir la hauteur grâce à une formule.

Ils décident donc de convoquer l'élève et de lui reposer la question, place au festival des réponses!

  • lâcher le baromètre d'en haut de l'immeuble et grâce à la formule de la chute des corps établir la hauteur.
  • faire un pendule avec le baromètre et regarder sa variation angulaire à chaque étage.
  • coller le baromètre sur la façade de l'immeuble et, par empilages successifs, compter la hauteur en nombre de baromètres.
  • vendre le baromètre à la concierge en échange de l'information.

A l'époque de cette histoire, l'école ne permettait pas trop de fantaisie dans les réponses et privilégiait plutôt le conditionnement et la discipline. Aujourd'hui je suis ravi de voir que certains professeurs de Mathématiques arrivent à nous faire découvrir des énigmes amusantes ou intéressantes.

L'infinité de l'Univers

Ah Douglas Adams! Qui pourrait inventer un univers si loufoque où les robots sont maniaco-dépressifs, où une planète possède des hôtels de luxe et des casinos construits par érosion naturelle, où un peuple a peur de "l'avènement du grand mouchoir blanc" parce que Dieu aurait éternué l'Univers,...

En parlant de l'univers, voici quelques citations du deuxième tome du Guide du voyageur galactique : Le Dernier Restaurant avant la Fin du Monde à propos de l'infinité de l'Univers :

Superficie : infinie

[Infini veut dire] plus grand que ce qu'on peut trouver de plus grand, et encore. Bien plus grand, même. Pour tout dire : vraiment incroyablement immense, d'une taille totalement ahurissante. L'infinité est tout bonnement si énorme qu'en comparaison, l'énormité paraît franchement riquiqui. Gigantesque multiplié par colossal multiplié par vertigineusement vast : tel est le genre de concept que nous essayons d'évoquer ici.

Importations : néant

Il est impossible d'importer des objets dans un territoire infini, faute d'une zone extérieure d'où faire provenir les susdites importations.

Exportations : néant

Voir Importations.

Population : néant

On sait qu'il existe un nombre infini de mondes, tout simplement parce qu'il existe une quantité d'espace infinie pour les loger. Tous, toutefois, ne sont pas habités. Par conséquent, il doit exister un nombre fini de mondes habités. Un nombre fini divisé par l'infini est si près de zéro que ça compte pour du beurre, si bien que la population moyenne de toutes les planètes de l'Univers peut donc être considérée comme égale à zéro. D'où il découle que la populaion totale de l'Univers est aussi égale à zéro et donc que tout individu que vous seriez susceptible de croiser de temps à autre ne saurait être que le fruit d'une imagination dérangée.

Art : néant

L'art a pour fonction d'être le miroir où se reflète la nature et aucun miroir n'est de taille suffisante, voir Superficie.

+ Sources des images


Vous pouvez aussi lire :

GoufaliteGoufalite - Site Web - Steam - Twitter
Rédacteur et programmeur principal du Goufablog. Ingénieur de profession et avide de connaissances technologiques et scientifiques il partage son savoir à travers ces différents articles. Plus de renseignements sur la page de contact.
RSS Voir ses articles...
CC-BY-SACet article est protégé par une licence CC-BY-SA.


Tags : baromètre, enfer, murphy, paradis, physique, univers
Delicious   Facebook   Commentaires(0) | Permalink
Sans commentaires!
Votre avis?
(Obligatoire)

Site et style réalisé par Goufalite
Reproduction interdite sans l'accord de l'auteur.
Valid XHTML 1.0 Transitional Optimisé pour FireFox 2
avec une résolution 1024*768